Date de début:
08:00
Date de fin:
09:00
Lieu:
Terra Botanica
Ville:
Angers
Producteur:
-

Durée:
36:05
Type:
video/mp4
Poids:
152.46 Mo
Format:
mp4
Résolution:
720x576
Codec:
-

Plénière-Place des instituts techniques dans le processus de conception et d’innovation. Conséquences sur la programmation et le partenariat

Qu’est-ce que l’innovation et comment se met en place un processus d’innovation ?

Après avoir défini l’innovation, précisé les différences entre invention et innovation, identifié les différents types d’innovation (innovation incrémentale vs. innovation de rupture ; innovation biotechnique vs. innovation organisationnelle), on présentera différents cadres théoriques permettent de comprendre les processus d’innovation, de positionner le lien à la recherche et par là de déduire le rôle possible des Instituts Techniques Agricoles. Parmi ces cadres théoriques, on mentionnera en particulier les travaux de Hill et McRae sur les niveaux de rupture, et surtout les travaux d’Hatchuel et Weil sur la conception innovante

Quels sont les freins à l’adoption d’innovation et les freins au changement ?

La problématique des transitions est un objet de recherche important aujourd’hui. Le cadre théorique sur les verrouillages et les transitions posé par F. Geels constitue une base solide pour poser le débat. Ce cadre est particulièrement pertinent dans un contexte de filière où il y a de nombreux acteurs en interaction et agissant dans un contexte réglementé. Mais l’adoption d’une innovation peut aussi être considérée au niveau d’un acteur donné, où il s’agit de lever son aversion au risque en utilisant les leviers de la formation, et du conseil pour favoriser l’adoption des innovations les plus pertinentes. L’analyse de la pertinence peut être revisitée au prisme de l’aversion au risque où l’aléa joue un rôle important, en s’interrogeant sur la façon dont on éclaire les conséquences d’une innovation, qu’il s’agisse d’une pratique ou d’un système de production, et ceci au travers de la moyenne (espérance) et la variabilité (variance).

Quelles conséquences pour les ITA ?

Ces réflexions permettent de revisiter le cadre d’exercice des ITA, si on considère que la contribution à l’innovation s’inscrit parmi leurs missions essentielles. Ceci amène :
? A questionner la programmation et la définition des axes de recherche appliquée : comment concilier la réponse aux demandes immédiates des acteurs de la filière et explorer des voies nouvelles, tout en renforçant le couplage amont-aval ? Quelles méthodologies pour associer ces acteurs à la définition des axes de recherche ?
? A revisiter la relation à la recherche finalisée : aller puiser les connaissances disponibles auprès des partenaires recherche ‘traditionnels’ et explorer d’autres partenariats ; peser sur la programmation de ces organismes de recherche
? A revisiter les dispositifs expérimentaux (dispositifs analytiques et systémiques) portés par les ITA, seuls ou en relation avec les autres acteurs du dispositif R-F-D,
? A analyser la façon dont les ITA assurent la diffusion des savoirs appliqués qu’ils produisent, et le portage jusqu’aux agriculteurs ou autres opérateurs des filières (innovation broker).

Ainsi, la réaffirmation du rôle des ITA dans le processus d’innovation et l’utilisation des cadres théoriques récents sur la question de l’innovation permettent de réfléchir de façon originale à l’activité des ces structures spécifiques du dispositif français et qui peuvent être des acteurs essentiels.

Christian HUYGHE • Inra / Président du Cost de l'Acta

Dernières vidéos