Vers une science des systèmes complexes

Date de début :
21/03/2007 08:00
Date de fin :
23/03/2007 18:00
Lieu
Campus Michel Ange - CNRS Auteuil
Ville
Paris (France)

Structurés sur plusieurs niveaux d’organisation, composés d’entités hétérogènes en interaction, les systèmes complexes recouvrent aussi bien les systèmes sociaux et les systèmes naturels, des macromolécules du vivant jusqu’à la biosphère que les systèmes artificiels sophistiqués dont l’homme s’entoure et qui s’inspirent de plus en plus des systèmes naturels.

A un niveau d’organisation donné, la structuration en réseau des entités fait émerger des superstructures relevant du niveau supérieur qui modifient en retour les potentialités voire l’individuation de ces entités. Les perturbations, les contraintes et les frustrations produites à un niveau affectent les entités de ce même niveau mais aussi celles des autres niveaux d’organisation. Les systèmes adaptatifs complexes se caractérisent par une robustesse aux perturbations et aux frustrations. A chaque niveau, leur évolution fait explorer de nouvelles variations dans la classe des possibles et opère une sélection . Chargés d’histoire, sensibles aux conditions de leur origine et de leur environnement, les systèmes complexes posent des problèmes redoutables pour leur observation comme pour leur modélisation et pour l’intervention en leur sein.

Deux types de démarches interdisciplinaires sont principalement possibles. La première consiste à se donner un objet de recherche intrinsèquement multidisciplinaire comme dans le cas de la cognition : elle conduit à poser différentes questions sur un même objet à partir de points de vue qui peuvent être très divers. La seconde consiste à étudier une même question à propos d’objets de recherche différents. C’est cette seconde démarche qui relève d’une science des systèmes complexes. Mais ces deux démarches, duales l’une de l’autre, sont intrinsèquement liées dans la conception de nouveaux protocoles et de nouveaux modèles et formalismes pour la reconstruction des phénomènes émergents et des dynamiques à toutes les échelles.

C'est dans cet aller-retour entre l'acquisition massive de données sur la base d'hypothèses modélisatrices et leur reconstruction par la modélisation qu'une science des systèmes complexes peut se développer. Il reste beaucoup à faire au plan théorique, sur la base des avancées du siècle passé, pour disposer de concepts et de modèles qui fournissent des explications élégantes aux phénomènes émergents.

Vidéos